MUSIQUE / THÉÂTRE
Une opérette à Ravensbrück
Germaine Tillion

Le Verfügbar aux enfers. Edition La Martinière 2015

Adapaté et mis en scène par Claudine Van Beneden

Sur des airs connus de toutes, d’oeuvres classiques, de publicité ou de chansons populaires, Germaine Tillion dresse le portrait de ses camarades et décrit la vie dans le camp
 

Télécharger 

le dossier

Operette-Ravensbruck-7
PHOTO2Cedric Rouillat-small
Operette-Ravensbruck-9
PHOTO AFFICHE CEDRIC ROUILLAT-small
Operette-Ravensbruck
Operette-Ravensbruck-10
Operette-Ravensbruck-8
Operette-Ravensbruck-5
Operette-Ravensbruck-6
Operette-Ravensbruck-3
Operette-Ravensbruck-2
Operette-Ravensbruck-4

Durée : 1h25

  • Facebook

Agenda

Télécharger 

la fiche technique

Nous ne sommes pas mix sans cymbale - Unknown Artist
00:00 / 00:00

« Dans l’époque que nous vivons actuellement où les extrémismes sont de plus en plus présent, où l’intolérance et le refus de l’autre se développe il me semble important de travailler sur ce texte qui décrit l’enfer concentrationnaire. Germaine Tillion écrit une opérette avec ses codes et la possibilité qu’elle offre de parler de cet enfermement sur un ton léger, une opérette pour pouvoir défier le mal par le rire. Le défi est de ne pas uniquement tomber dans la mission pédagogique et mémorielle mais de réussir à donner à voir et à entendre la force singulière de ce texte, une œuvre de résistance d’une haute tenue littéraire et artistique.

Lorsque j’ai découvert ce texte il y a quelques années, j’ai été éblouie par cette capacité de création qu’avaient les femmes dans les camps, créer signifiait lutter, espérer et vouloir vivre. Germaine Tillion écrivait, le groupe chantait, d’autres fabriquaient des broches, des peignes à cheveux et parfois même un soutien gorge pour retrouver une part de féminité. 

Les nazis ont fait disparaître toute trace de leur humanité, elles ont par un acte de création, aussi infime soit il, redonné vie à leur corps et à leur âmes. » Claudine Van Beneden, metteure en scène.

Le 21 octobre 1943, Germaine Tillion est déportée à Ravensbrück pour faits de résistance. En octobre 1944, avec ses camarades et alors qu’il est interdit d’écrire, Germaine Tillion  cachée, rédige  « Une opérette à Ravensbrück » ( le Verfügbar aux enfers). Une opérette – revue qui met en scène la conférence d’un naturaliste décrivant « l’espèce » particulière des déportées nommées « Verfügbar ». Ces déportées qui refusent de participer à l'effort de guerre nazi et qui n'ont pas pu – ou pas voulu - justifier de qualifications particulières, doivent alors faire les travaux les plus pénibles du camp.

Face à ce conférencier, un chœur de prisonnières chante sur des airs classiques ou populaires, connus de toutes, danse et tente, malgré tout, de continuer la revue.

Résister en écrivant, chanter à la barbe des geôliers nazis pour défendre leur dignité, c’est le moyen qu’ont trouvé Germaine Tillion et ses camarades pour survivre au camp de Ravensbrück.

La mise en scène s’attachera à l’esprit initial de l’œuvre de Germaine Tillion, celui d’une opérette–revue, au caractère grotesque et tragique à la fois, relevant de la comédie musicale et du music-hall. Peux ou pas de décor mais une stylisation de l’espace et des corps. Une lumière qui créera l’atmosphère d’un cabaret grinçant. "C'est une monstration doublée d'un jeu de la réalité vivante de l’événement que le spectateur affrontera*" pour libérer le rire salvateur qui assure la survie. « Survivre, notre ultime sabotage », comme l’écrira à Germaine Tillon en 1946.

*Djemaa Maazouzi

Germaine Tillion

1907- 2008 est une ethnologue et résistante française. Originaire de Allègre en Haute Loire. Entrée au Panthéon en 2015.

Elle a grandi dans un milieu aimant et épris de culture. Après avoir suivi des études à la Sorbonne, au collège de France elle rejoint l’Algérie en 1934 pour une mission de recherche ethnographique.

De retour d’Algérie elle refuse la menace nazie puis la défaite française de 1940. Dès l’été 1940, elle noue des liens avec de multiples groupes de résistants et notamment avec celui constitué au musée de l’homme. Dénoncée pour fait de résistance elle est incarcéré le 13 août 1942 à la prison de la santé à Paris. Ensuite elle sera envoyée au camp de femmes de Ravensbrück en 1943. Elle perçoit immédiatement le caractère mortifère du camp. Forte de son expérience ethnographique elle décrypte le système criminel concentrationnaire et ses soubassements économiques et en relève tous les éléments qui pourront informer le monde extérieur, si elle, ou l’une de ses camarades en survit. Sa mère est elle aussi déportée en février 1944 et sera gazée en mars 1945.

En octobre 1944, elle écrit clandestinement sur un cahier soigneusement caché une opérette, « Le verfügbar aux enfers ». Dans cette opérette, Germaine Tillionraconte avec un humour féroce les terribles conditions de détention des Verfügbar et accompagne sa pièce d’airs populaires du répertoire lyrique dont elle avait la mémoire.

Elle revient en France en juillet 1945 et réintègre le CNRS.

Mise en scène : Claudine Van Beneden

Arrangements musicaux : Grégoire Béranger et Jean Adam

Scénographie : Blandine Vieillot

Costume : Marie Ampe

Son : Manu Giroud

Création lumières : Hervé Bontemps

Régie lumières : Clémentine Gaud et Benjamin Duprat

Chorégraphie : Jérémy Pappalardo

Avec: Solène Angeloni, Angeline Bouille, Isabelle Desmero, Barbara Galtier, Claudine Van Beneden et Raphaël Fernandez/ Musicien : Grégoire Béranger.

Partenaires: La Région et la DRAC Auvergne Rhône Alpes, Le Conseil Départemental de Haute Loire,   La Communauté d’Agglomération du Puy en Velay, l'ADAMI, La SPEDIDAM, Le ministère des Armées « Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives », La Fondation d'Entreprise CARAC, La Fondation d'Entreprise La France Mutualiste/ Coproductions : La Machinerie – Théâtre de Vénissieux, Centre culturel de La Ricamarie, La 2deuche – Lempdes

  

Extrait en vidéo